• 17 décembre 2017
Le Mot du Président
Pr Stanislas OUARO

L’Université Ouaga II, créée dans un contexte de crise universitaire, par décret n° 2007-834/PRES/PM/MESSRS/MEF du 12 décembre 2007, s’est fixée pour objectif de contribuer significativement à la résolution des problèmes de formation et de recherche au Burkina Faso. Elle entend de la sorte jouer le rôle de (...)
UO2 en images
Revues Scientifiques
Compteur de visite
Aujourd'hui : 263
Hier : 380
Total : 312966
EGEO.


Présentation
L’option Économie et Gestion des Entreprises et des Organisations (E.G.E.O) a été créée au cours de l’année académique 1994-1995 après une étude approfondie menée auprès des anciens étudiants de l’École Supérieure des Sciences Économiques et Commerciales (ESSEC), des entreprises et des organisations, des employeurs des secteurs privés et publics.
A l’issu d’une formation pointue étalée sur deux ans après l’obtention du Diplôme d’Études Universitaires Générales (DEUG II) en Sciences Économiques et gestion, les étudiants en EGEO sortent titulaires d’une maîtrise option Économies et Gestion des Entreprises et des Organisations.

Objectifs
La création de l’option Économie et Gestion des Entreprises et des Organisation vise à former :
- Des cadres opérationnels capables d’analyse rigoureuse, de conception et de prise de décisions
efficaces ;
- Des cadres dotés d’une formation solide en économie et maîtrisant les techniques modernes de
gestion et au double profile d’Économiste Gestionnaire et apte à répondre à tout problème de l’entreprise et de l’organisation dans les domaines économiques et/ou de gestion
- Des cadres pour répondre aux besoins des entreprises et des organisations en quêtes de compétitivités nationales, régionales, régionales et internationales, mission que le seul professionnel sans l’analyse ne peut l’assumer.

Débouchés
A la fin de la formation, les étudiants récipiendaires de cette option se retrouvent doté du double profile d’Économiste Gestionnaire leur permettant d’occuper les postes tels que :
• Responsable Commercial,
• Responsable Marketing et Communication,
• Responsable Administratif et Financier,
• Responsable Administratif et Vente,
• Cadre Administratif,
• Cadre Financier,
• Gestionnaire des projets,
• Analyste économique,
• Gérant des PME,
• Auditeur superviseur,
• Cadre d’institution économique et Financier,
• Etc.

Avantages
Pour les PME : optimiser les coûts de fonctionnement en recrutant un économiste
gestionnaire (qui présente un double profil, donc une double compétence) au lieu d’engager un économiste et un gestionnaire ;

Pour les ONG : l’étude et la gestion des projets peuvent être confiées à l’économiste gestionnaire qui maîtrise les techniques d’élaboration, d’évaluation et du suivi des projets,
 Pour les institutions publiques et parapubliques : l’économiste gestionnaire est apte à la conception et au suivi des plans politiques de développement économique,

Pour les institutions décentralisées et collectives : l’économiste gestionnaire est apte à stimuler
l’évolution des ces structures par un diagnostic à la formulation de développement stratégique,
suggérer les initiatives à la base

Pour les coopératives et les organisations de type coopératif : l’économiste gestionnaire maîtrise leur mode de fonctionnement et est apte à administrer ou gérer ce type d’organisation qui a ses propres exigences et sa propre logique de fonctionnement.

Pour les entreprises de grande envergure, l’économiste gestionnaire contribuera
efficacement à la pérennisation de l’entreprise en participant à l’élaboration de stratégies efficaces et ce, avec une parfaite maîtrise des variables économiques impliquées.

Conclusion
L’option Économie et Gestion des Entreprises et des Organisations vise à former des managers
aptes à piloter les entreprises, les organisations dans un environnement économique et
institutionnel en pleine intégration et mondialisation.
Une reconnaissance particulière est adressée aux premiers Enseignants de l’Unité de Formation et de Recherche en Sciences Économiques et de Gestion (UFR/SEG) pour avoir su adapter l’enseignement, on seulement aux réalités de notre pays mais aux contextes économiques actuels.



Documents joints